Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 janvier 2017 2 24 /01 /janvier /2017 12:30

Paru pour la toute première fois en 1812, Blanche Neige a connu d'innombrables adaptations, s'éloignant de plus en plus du récit d'origine. Nouvelle adaptation, nouveau projet, nouvelle mise en valeur de ses valeurs intemporelles. Et ils n'étaient pas trop de 3 artistes pour s'emparer de ce monument : Lylian au texte, Nathalie Vessillier au dessin et Rozenn Grosjean à la colorisation.

 

Il était une fois, dans un royaume immergé en plein hiver, une reine qui se piqua le doigt. En voyant le sang tacher la neige immaculée, elle se prit à rêver d'avoir un enfant blanc comme la neige, aux lèvres rouges comme le sang et aux cheveux noirs comme l'ébène. Quelques mois plus tard, une petite fille naquit. Elle correspondait en tous points au souhait de la Reine. Avant de mourir, elle baptisa l'enfant Blanche Neige....

 

Narrée dans toute sa cruauté et sans détour, cette adaptation met superbement en valeur le conte originel. Exit les princesses ingénues et les méchants ridicules, nous voilà plongés dans la noirceur de Blanche Neige. Alternant texte et dialogue, Lylian parvient tout de même à ajouter sa touche personnelle au récit des frères Grimm. Les illustrations, tout en vert et ocre, nous plonge dans un véritable univers de douceur. Cette bande dessinée décuple la puissance de ce conte et permet aux plus jeunes de le découvrir dans son entièreté. Une excellente adaptation, dès 10 ans.

 

Blanche Neige de Lylian, Vessillier et Grosjean

Delcourt, 2016

17,95€

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lauriane Le Dûs - dans 12-15 ans BD
commenter cet article
20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 12:30

Grafiteen est une toute nouvelle collection lancée en fin d'année 2016 par les éditions Milan. Ayant pour but de s'adapter aux envies de la nouvelle génération de lecteurs pré-adolescents, elle propose des bandes-dessinées et des romans illustrés avec de l'aventure, de l'humour et un peu de frissons. Je vous propose ici un focus sur le roman Les beaux gosses de l'apocalypse, premier tome d'une série prometteuse.

 

 

Jack Sullivan est un jeune adolescent de 13 ans qui était jusque là balloté entre différentes familles d'accueil. Loin d'être la star du collège, tant sur le plan des amis que sur le plan scolaire, tout change du jour au lendemain avec l'Apocalypse des monstres ! En effet, suite à une invasion de Zombies et autres affreux et spectaculaires personnages, Jack est l'un des derniers survivants. Loin de s'inquiéter de la situation, il en profite justement pour mettre en application différentes stratégies apprises dans les jeux vidéos, construire sa cabane forteresse ... Mais surtout, il se fixe des objectifs bien précis, dont les plus importants sont : retrouver son meilleur ami et sauver la belle June Del Toro. Surtout que Jack a un grand avantage : c'est un type cool. Très cool même.

 

 

 

C'est une belle réussite pour cette nouvelle collection. L'idée du "roman graphique", c'est à dire l'oscillation entre texte et illustrations apportent ici beaucoup d'humour et de dynamisme au texte de Max Brallier. Les frissons aussi sont au rendez-vous de ce premier tome, avec des monstres et surtout des personnages à la fois courageux et en même temps très humains. Les petits lecteurs comme les plus mordus y trouveront leur compte, avec la garantie d'attendre comme moi la sortie du second tome ! Une série à démarrer dès 12 ans.

 

Les beaux gosses de l'apocalypse ; Tome 1 de Max Brallier et Douglas Holgate

Milan, 2016

13,50€

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne-Sophie Dautais - dans 12-15 ans
commenter cet article
21 décembre 2016 3 21 /12 /décembre /2016 12:30

Mo, adolescent geek, introverti, mal dans ses baskets, ne supporte pas l'école et déteste par dessus tout le sport. Son monde à lui, c'est Endof World, le jeu de rôle sur lequel il passe le plus clair de son temps. L'autre monde, il le déteste, il le fuit. Pendant une course d'orientation et après une dispute avec ses coéquipiers, Mo jette l'éponge et s'enfuit dans la forêt. Mais il commence à douter... Serait-il suivi par un troll tout droit sorti de son MMORPG favori ? Et si ses deux mondes étaient en réalité mélangés ?

 

Complètement perdu et épuisé, Mo se perd et se blesse gravement. Il perd connaissance. Pendant quelques moments de lucidité, il sent bien qu'il se fait soigner, qu'il est nourri...

 

Porté disparu, il est retrouvé quelques semaines plus tard par des chasseurs. Mo n'est plus le même : perte de poids, abandon des jeux vidéos, intérêt pour ce monde qu'il détestait tant ! Sa vie est radicalement différente. À présent, son but est de retrouver ce qui l'a soigné. Commence alors une aventure humaine émouvante.

 

 

"Endof World, ça fait des mois que je n'y joue plus, c'est une passion que pas mal de gens autour de moi ont critiquée, genre Allan mon faux père ou l'oncle Gé. Ce qu'ils disaient, c'était que ça m'apportait rien, que ça m'enfermait, et sans doute qu'ils avaient raison. Mais s'ils étaient là maintenant devant moi, je leur dirais qu'on s'enferme toujours quelque part, qu'on est tous prisonniers de quelque chose, et que le truc c'est de trouver la porte, un jour au moins."

 

 

 

Mo est un garçon entier, qui laisse parler ses émotions. La découverte qu'il fait dans les branches l'ouvre à cette réalité qu'il reniait et lui offre une belle histoire d'amitié qui mettra tous ses sens à l'épreuve. Emmanuelle Maisonneuve arrive à nous transporter avec douceur et poésie dans l'univers de ce jeune garçon en pleine renaissance. Ce roman est touchant, bouleversant et prend vraiment aux tripes. J'assure à toute personne voulant entamer sa lecture un merveilleux moment, dès 14 ans. Attention : Paquet de mouchoirs nécessaire !

 

 

Dans les branches d'Emmanuelle Maisonneuve

Graine2, 2015

15,90€

Partager cet article

Repost 0
Published by Clémence Faye - dans 12-15 ans
commenter cet article
13 décembre 2016 2 13 /12 /décembre /2016 12:30

Estelle Laure : un nom à retenir. Son premier roman Cette obscure clarté a été traduit cette année par Hachette Romans. Et les seuls adjectifs qui me viennent en tête pour décrire le roman sont : puissant, extraordinaire, bouleversant, grandiose. Une auteure à suivre et un roman à lire.

 

Lucille, 17 ans, se retrouve seule avec sa sœur de 9 ans, Wren. Leur père a été interné et leur mère est partie en vacances. Sauf qu'elle ne revient pas. Lucille doit mentir à tout le monde pour ne pas être séparée de sa sœur et prendre un petit boulot pour payer les factures. Eden, sa meilleure amie, a bien des soupçons car Lucille n'a plus une seule seconde pour elle. Mais la peur de perdre sa sœur la contraint au silence. Dans ce contexte, difficile de continuer à vivre normalement et de construire une histoire d'amour ! Et pourtant, le beau Digby l'obsède. Un beau jour, le frigo se remplit tout seul. Y aurait-il une petite fée pour veiller sur elles ?

 

"Ma mère aurait dû rentrer chez nous hier, après ses deux semaines de vacances. Quatorze jours. Elle avait besoin, soi-disant, de prendre ses distances avec tout (lire aussi avec NOUS), et elle serait de retour avant la reprise des cours. Je savais au fond qu'elle ne pointerait pas le bout de son nez, vu ce que j'avais trouvé au courrier hier. (...) On était seules, Wrenny et moi, au moins pour le moment. Wren et Lucille. Lucille et Wren. Je suis prête à tout. Personne ne nous séparera."

 

Si le point de départ du roman est plutôt négatif, Estelle Laure écrit avec beaucoup de poésie et d'optimisme. Les liens entre frères et sœurs (aussi bien Lucille et Wren qu'Eden et son frère) sont exprimés avec énormément de puissance et d'amour. L'héroïne est têtue, certes, mais c'est ce qui fait sa force. Un message d'espoir pointe évidemment derrière ce récit : même dans les situations les plus difficiles, on n'est jamais seuls. Un roman qui ne laisse pas indifférent. Dès 13 ans.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lauriane Le Dûs - dans 12-15 ans
commenter cet article
22 novembre 2016 2 22 /11 /novembre /2016 12:30

Il n'est jamais évident de créer une fiction à partir d'un personnage ayant réellement existé. C'est en tout cas très réussi dans le cas de Sharon E. McKay, qui a souhaité raconter la vie d'Esther Brandeau, jeune juive au début du XVIIIème siècle. En voici un résumé.

 

En 1735, en France, Esther Brandeau a quatorze ans et est la fille illégitime d'un grand marchand d'étoffes juif. À cette époque, où les femmes ne peuvent vivre sans la tutelle d'un homme et où la religion juive est tolérée mais non acceptée, Esther fait office d'exception. Car la jeune fille, très déterminée et courageuse, n'accepte pas le destin qui lui est proposé. Fuyant loin de sa famille, elle va d'abord être cuisinière avant de devenir protégée d'une courtisane puis d'embarquer en tant que marin sur un bateau à destination de la Nouvelle-France... Arrivera-t-elle à vivre enfin une vie paisible là-bas ?

 

 

" Tandis qu'elle attendait dans l'antichambre humide, avec pour seule compagnie la présence douteuse des gardes, Esther se rongeait d'inquiétude en repensant à sa conversation avec l'intendant . Elle n'avait pas autant douté d'elle même depuis qu'elle s'était coupé les cheveux et avait mis des vêtements d'homme.
Elle avait pris la décision de dire la vérité au moment où elle s'était débarrassée de ses vêtements masculins et où elle avait retrouvé son état de femme.
-Esther... Esther...
Comme il était bon d'entendre son prénom.
Elle avait parlé à haute voix. Un garde se retourna et la regarda durement. Gênée, elle baissa les yeux sur ses mains. Mais quelle importance ? Peu de choses comptaient pour elle, à présent. [...]Si la vérité ne lui apportait pas la liberté, peut-être lui apporterait-elle au moins un certain soulagement.
"

 

C'est une très belle fresque historique que nous propose Sharon E. Mckay. Découvrez à travers les yeux d'Esther les conditions de vie des femmes au début du XVIIIème siècle, mais aussi celle des juifs, contre lesquels l'antisémitisme était déjà présent. Remarquablement bien traduit, riche en vocabulaire, l'épopée de cette jeune femme aux multiples destins ne cesse de surprendre et de susciter l'admiration de la part du lecteur. Raconté avec beaucoup de justesse, il est à faire découvrir de toute urgence aussi bien aux ados qu'aux adultes !
Dès 13 ans.

 

Esther de Sharon E. Mckay
L'école des loisirs, 2016
18,80€

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne-Sophie Dautais - dans 12-15 ans
commenter cet article
15 novembre 2016 2 15 /11 /novembre /2016 12:30

Publié pour la première fois en France cette année, Jakob Wegelius a reçu un grand prix en Suède pour son œuvre. À mi-chemin entre le roman d'aventure et le récit de voyage, voici un petit aperçu de ce roman et de l'album l'accompagnant.

 

 

 

Sally Jones est un gorille. Mais, contrairement à ses congénères, Sally sait lire, écrire et comprend parfaitement notre langue. Elle vit avec le Chef sur un bateau, où elle y est mécanicienne. En repos pour quelques jours à Lisbonne, la voilà bien embêtée : un transport de cargaisons pour le moins douteux se transforme en drame au cours duquel le Chef est accusé d'un meurtre. Pourtant, Sally en est sûre et même témoin, son chef n'a pas tué qui que ce soit. Accusée de complicité, elle fuit au cœur de Lisbonne où elle va faire la rencontre d'une chanteuse de fado, avant de fuir vers l'Inde, à la recherche d'indices. Mais la route ne sera pas de tout repos, car les facultés de Sally vont en intéresser plus d'un, pas toujours à bon escient... Sally arrivera-t-elle à prouver l'innocence de son compagnon ?

 

 

Derrière sa taille imposante, dont il ne faut surtout pas avoir peur, se cache un excellent roman d'aventure et de voyage. Découvrez entre autres l'Inde et Lisbonne grâce à de magnifiques illustrations en noir et blanc, accompagnées d'un texte très bien traduit. Entre enquête, rebondissements en tout genre et moments d'émotions, embarquez avec Sally dans un périple qui ne vous laissera pas insensible. Dans l'album, Jakob Wegelius nous raconte l'enfance de cette gorille et comment elle en est arrivée à devenir marin sur le bateau du Chef. Les deux ouvrages se complètent très bien mais peuvent être lus indépendamment. À partir de 12 ans.

 

Sally Jones de Jakob Welegius

Éditions Thierry Magnier, 2016

16,90€

 

Sally Jones, la grande aventure de Jakob Welegius

Éditions Thierry Magnier, 2016

15,50€

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Anne-Sophie Dautais - dans 12-15 ans
commenter cet article
11 octobre 2016 2 11 /10 /octobre /2016 12:30

Attention attention ! Vous allez entrer en collision avec un objet étrange et non défini. C'est un livre, assurément. Mais ce n'est pas un roman. C'est addictif et passionnant. Voilà un dossier très réussi et un premier volume qui appâte.

 

 

Lorsque Kady rompt avec Ezra, ce dernier pense qu'il vit la pire journée de sa vie. C'est sans compter sur l'horrible entreprise interplanétaire BeiTech qui décide d'attaquer leur planète le même jour. Kady et Ezra se retrouvent obligés de fuir, avec la quasi-totalité de la population de Kerenza. Elle se retrouve à bord de l'Hypatia, un vaisseau de recherche, et il embarque dans l'Alexander, un vaisseau militaire. Très vite, Kady sent que les autorités dissimulent des faits aux passagers. Elle utilise alors ses compétences informatiques pour pirater le système, avec l'aide de Byron Zhang, un informaticien, et d'Ezra. Jusqu'au moment où Aidan, l'Intelligence Artificielle de l'Alexander décide d'attaquer un vaisseau ami...

 

 

Ce livre n'est pas construit comme un roman mais comme un dossier secret regroupant une quantité astronomique de documents (rapports écrits, échanges de mails, codes informatiques,...). La description de la « pensée » de l'Intelligence Artificielle est fascinante et nous rappelle forcément 2001 : l'odyssée de l'espace et son comportement invite à réflechir. Au delà de la volonté de réinventer le roman jeunesse, Illuminae développe un univers cohérent et des personnages attachants. Le format étrange du récit peut perturber au début (les 20 premières pages maximum), mais on se laisse finalement facilement happer par le fond de l'histoire. Suspense et action sont les maîtres mots de cet OVNI littéraire, aussi original qu'inventif. Dès 13 ans.

 

Illuminae ; Tome 1 Dossier Alexander d'Amie Kaufman et Jay Kristoff

Casterman, 2016

19,90€

Partager cet article

Repost 0
Published by Lauriane Le Dûs - dans 12-15 ans
commenter cet article
5 octobre 2016 3 05 /10 /octobre /2016 18:01

Après Le choix de Rudi, Françoise Dargent nous revient avec son tout nouveau roman : Agatha, inspiré de l'autobiographie de l'immense Agatha Christie. Il nous plonge au tout début du XXème siècle en Grande-Bretagne, quand les codes victoriens dominaient encore la société et, parallèlement, nous montre une jeunesse qui avait un réel besoin d'émancipation et d'évolution des mœurs. Pour le coup, on sent que l'auteure maîtrise parfaitement le sujet de l'histoire et la place de la femme au XIX-XXème siècle. Et c'est super chouette !

 

Nous faisons la connaissance d'Agatha lors de sa quatorzième année. Depuis la mort de son père, elle vit seule dans une immense demeure avec sa mère. La jeune adolescente est débordante d'imagination, pétillante, avec néanmoins un caractère bien affirmé. Agatha s'ennuie pendant que ses amies partent en pensionnat. Elle a tout le temps de s'adonner à ses activités préférées : rêver et lire ! Un jour, elle redécouvre l'un des derniers présents de son père, un carnet, qui deviendra un véritable compagnon de route entre l'Angleterre, Paris et le Caire et qui sera le premier témoin de la passion naissante d'Agatha pour l'écriture.

 

"Agatha avait parfois l'impression qu'Ashfield entière s'était endormie depuis la mort de son père. Avec sa mère, la vie était vraiment tranquille. Trop tranquille. Elles se faisaient la lecture ou brodaient dans le petit salon. Mme Miller avait aussi décrété que sa fille n'irait plus en cours à l'école de jeunes filles de Torquay qui n'était selon elle « pas au niveau »."

 

Une biographie fictive ou presque, pleine de clins d’œil à la future œuvre de la romancière...  Un roman prenant, une Agatha pétillante, rêveuse et charmante dont on suit l'évolution et le fort désir d'autonomie et d'indépendance au fil des pages.  
Roman dévoré et approuvé ! Dès 12 ans.

 

Agatha de Françoise Dargent

Hachette Romans, 2016

15,90€

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Clémence - dans 12-15 ans
commenter cet article
23 septembre 2016 5 23 /09 /septembre /2016 12:30

Nous avions aimé et défendu corps et âme le premier roman de Flore Vesco, De cape et de mots. Elle est de retour avec un nouveau récit très différent mais tout aussi bon ! Sciences, mystère et crimes sont au rendez-vous. Préparez vos fioles et éprouvettes, nous allons mener l'enquête !

 

1842, le jeune Louis Pasteur est accepté comme boursier à la très prestigieuse Institution Royale Saint-Louis. Il est passionné par les sciences en tout genre et surpasse de loin ses camarades, malgré une rustrerie qui fait tache. Un soir, un élève se fait mystérieusement attaquer au sein même du collège. Il s'allie à Constance, une jeune pensionnaire intrépide, aussi à l'aise sur une scène de danse que dans un combat à l'épée. Des forces paranormales entrent en jeu mais Louis et Constance s'en tiennent à la science.

 

"Le garçon se releva et lui sourit. Il ne s'excusa pas, ne prit pas un air embarrassé. Non, il se tenait dans l'embrasure de la porte, haut de deux bonnes têtes de plus qu'elle, et il lui souriait. Un instant, Constance fut traversée de l'idée saugrenue que l'école lui appartenait. Et peut-être Paris, aussi. Il agissait comme s'il était partout chez lui. S'il avait décidé d'entrer au Palais-Royal pour visiter la chambre du roi, il se serait sans doute présenté devant la grille, sans cravate, ayant oublié son chapeau, et saluant le garde comme s'il le connaissait. Et ce dernier, déconcerté, lui aurait tenu la porte."

 

On aime Flore Vesco parce que :

- elle sait allier vérités historiques et aventures trépidantes

- elle joue avec les mots de façon intelligente et subtile

- elle se moque de la bienséance et de la haute société

- elle nous offre des personnages féminins au caractère affirmé

 

On aime particulièrement Louis Pasteur contre les loups-garous parce que :

- chaque entête de chapitre est une composition chimique farfelue

- le fantastique est savamment introduit

- les progrès scientifiques de Louis Pasteur sont expliqués de façon simple et compréhensible

 

En bref, je suis un peu déçue parce que ce n'est pas De cape et de mots. Mais j'exulte car c'est Louis Pasteur contre les loups-garous. Ce roman est un savant mélange d'aventures, de sciences et d'humour. Un chef d'œuvre ! Dès 12 ans.

 

Louis Pasteur contre les loups-garous de Flore Vesco

Didier Jeunesse, 2016

15,00€

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lauriane Le Dûs - dans 12-15 ans
commenter cet article
28 juin 2016 2 28 /06 /juin /2016 12:30

10 ans après la première sortie de son best-seller Le Garçon en pyjama rayé, John Boyne nous offre un nouveau roman bouleversant sur la Seconde Guerre Mondiale. Avec une écriture sans concessions, l'auteur se glisse encore une fois dans la peau d'un enfant...

 

1936, Pierrot, né d'une mère française et d'un père allemand, se retrouve orphelin. Il va devoir quitter Paris et son ami Anshel pour rejoindre un pensionnat à Orléans. Sa vie bascule entièrement le jour où sa tante Beatrix, qu'il n'a jamais connue, décide de l'accueillir chez elle, en Autriche. Il découvre alors une maison perdue tout en haut de la montagne. Sa tante y est gouvernante pour "Monsieur et Madame", lorsqu'ils viennent en vacances. Monsieur et Madame ne sont autres qu'Adolf Hitler et Eva Braun. Du haut de ses 7 ans, Pierrot, renommé Pieter, plonge alors dans une idéologie qu'il ne comprend pas. Aura-t-il le recul nécessaire ?

 

"Hitler allait de convive en convive, parlant politique comme toujours et, quoi qu'il dît, chacun opinait du chef en affirmant qu'il avait parfaitement raison. Il leur aurait annoncé que la lune était en fromage, ils auraient répondu : "Mais bien sûr, mein Führer. C'est de l'emmenthal."

 

Pierrot commence sa vie au sommet de la montagne et, au fil des mois, entame une descente impressionnante. Fasciné et terrifié en même temps, Pierrot va s'armer de contradictions et finir par s'armer, contre tous, au profit du nazisme. Comparable à La mort est mon métier de Robert Merle, ce roman retourne les tripes, la violence étant accentuée par l'empathie qu'on ne peut que développer pour Pierrot. L'un des meilleurs romans jeunesse sur la Seconde Guerre Mondiale. Dès 13 ans.

 

Le garçon au sommet de la montagne de John Boyne
Gallimard Jeunesse, 2016
13,00€
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lauriane Le Dûs - dans 12-15 ans
commenter cet article

L'emile

  • : Le blog de la Librairie L'Emile
  • Le blog de la Librairie L'Emile
  • : Toute l'actualité de l'Emile, la librairie de la jeunesse et des écoles, à Paris ! Actualité en littérature jeunesse Nouvelles collections en papeterie 01.45.75.16.15
  • Contact

Actualités

Horaires de vacances !

La librairie ouvre :

- de 9h30 à 19h du lundi au vendredi

- de 10h à 19h le samedi

Fermeture exceptionnelle le jeudi 14 juillet.

 

Merci de votre compréhension et bel été à tous ! N'oubliez pas de nous envoyer des cartes postales !

Droit d'auteur

Les couvertures et les illustrations sont protégées par le droit d’auteur. Elles ne peuvent être utilisées sans l’autorisation des maisons d'édition et toute reproduction ou utilisation non autorisée est passible de poursuites pénales.